Jean-Charles DELAFOSSE

1734 - 1789



Jean-Charles Delafosse fut avant tout un architecte qui sut déployer toute son originalité dans l'ornement. Né à Paris en 1734 et fils d'un marchand de vin établi rue du Roi de Sicile, il amorça sa carrière comme apprenti chez le sculpteur Jean-Baptiste Poulet, directeur garde à l'Académie de Saint-Luc, voie qu'il semble avoir abandonnée rapidement. En 1767, Delafosse se donnait lui-même le titre d'architecte et professeur pour le dessein, puis en 1775, celui d'adjoint à professeur de géométrie et perspective à l'Académie de Saint-Luc. A la même époque, il déménagea de la rue Poissonnière et gagna la rue Neuve Saint-Martin. Delafosse devint membre de l'Académie de Bordeaux en 1781, à la suite d'envois remarqués au Salon de cette ville.

Le premier dessin connu de notre ornemaniste date de 1763. Il s'agit d'un Projet de piédestal pour le Roy, aujourd'hui conservé à la bibliothèque de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, à Paris. Passionné d'urbanisme, il publia en 1766 un Mémoire pour une Boucherie et Tuerie générale servant à la consommation de la ville de Paris, laquelle Tuerie serait placée dans l'isle des Cygnes.

En 1758, Delafosse publia cent huit planches qu'il grava lui-même et rassembla en dix cahiers au sein d'un Recueil intitulé Nouvelle iconologie historique ou attributs hiéroglyphiques, qui ont pour objet les quatre éléments, les quatre parties du monde, les quatre saisons et les différentes complexion de l'homme, dédiée aux artistes par Ch. Delafosse, architecte, décorateur et professeur de dessins, Paris 1768.

Toutes les planches étaient déjà prêtes et imprimées en juillet 1767, mais "les explications" encore manquantes. Vendu 48 livres, le Recueil comprenait au départ des séries de trophées caractérisés par un style néoclassique sévère. Delafosse n'eut dès lors de cesse de compléter son œuvre en y incluant des cahiers supplémentaires qui lui permirent de s'exprimer dans tous les domaines du décor intérieur et des arts décoratifs. Il multiplia les modèles de meubles, de sièges, de luminaires, de vases et d'objets de toutes sortes qui, s'ils ne furent pas directement et fidèlement copiés par les artistes et artisans au même titre que le furent par exemple de nombreux meubles et objets dessinés par Lalonde, inspirèrent cependant considérablement la production de ces derniers.
Preuve de son succès, Delafosse réédita son premier Recueil en 1771, avec le même titre, mais avec dix-huit cahiers au lieu de dix, comportant chacun six planches, et une nouvelle classification: 1: cheminées; 2: bordures; 3: autres bordures en médaillons; 4: portes; 5: trophées des arts; 6: vases en hauteur; 7: vases en travers et cartouches; 8: médaillons ronds; 9: cartels et écussons; 10: consoles; 11: tables grecques et pieds de biche; 12: fontaines; 13: tombeaux; 14: monuments divers; 15: pendules; 16: piédestaux et socles; 17: dessus de portes et deux pendules; 18: deux fontaines, un monument, un cartouche, deux trophées. Ses éditeurs étaient Daumont, rue Saint-Martin et, dans une moindre mesure, Chereau, rue des Mathurins.

Entre 1773 et 1785, il publia, en sus de pièces indépendantes et d'un recueil des Ordres d'architecture, deux autres recueils principaux. Le premier, intitulé Vingt-quatre différents cahiers de décoration, sculptures, orfèvreries et ornements divers qui complètent l’œuvre de J.Ch. Delafosse et font suite à son Iconologie Historique, comprend également des œuvres d'autres ornemanistes, tels que Puisieux et Le Canu.

Le second porte essentiellement sur l'ameublement, riche de 134 planches, dont certaines révèlent là aussi une collaboration avec d'autres artistes, rassemblant au total plus de 200 modèles.

La plus grande vertu de Delafosse fut son imagination qui le conduisit même à donner des noms de pure fantaisie à ses créations, parlant de "paphose en gondole", de "convalescente" ou d' "obligeante" pour désigner une bergère, ou encore de "veilleuse à la turque". Delafosse fut l'un des principaux initiateurs de ce goût grec qui fit fureur à Paris dans les années 1765. Il influença nombre d'ornemanistes de la période Louis XVI, tels que Mathieu Liard, Boucher fils, Jean-François Forty, Lalonde, Prieur ou Aubert Parent.

Dans son Journal, Guienne, qui le connaissait bien, écrivait en 1787: "Son imagination en architecture pourrait être comparée à celle de Milton en poésie, il est plus Peintre qu'Architecte". Delafosse s'éteignit à Paris en 1789.






Jean-Charles DELAFOSSE

(1734 - 1789)


Jean-Charles Delafosse was, before anything else, an architect who exerted his originality in ornamentation.
He was born in Paris in 1734. Son of a wine dealer set up rue du Roi de Sicile, he began his carreer as an apprentice by the sculptor and director of Saint-Luc Academy, Jean-Baptiste Poulet. In 1767, Delafosse called him himself Architect and Professor for drawing and in 1775, Professor Deputy for geometry and perspective, in Saint-Luc Academy. At the same time, he moved from rue Poissonnière to rue Neuve Saint-Martin.
In 1781, after some notices sending to the Salon of Bordeaux, he became a member of Bordeaux Academy.

The first known drawing of Jean-Charles Delafosse dates back from 1763 and was about a project of pedestal for the King, now conserved at the École Nationale Supérieure des Beaux-Arts' library, in Paris. Passionate about urbanism, he published in 1766 his Mémoire pour une Boucherie et Tuerie générale servant à la consommation de la ville de Paris, laquelle Tuerie serait placée dans l'isle des Cygnes (Essay for a general butcher's and slaughter used for the city of Paris's consuption, which one slaughter would be placed in the isle des Cygnes).

In 1758 Delafosse published a hundred and eight plates that he himself engraved and gathered in ten books within a collection entitled Nouvelle iconologie historique ou attributs hiéroglyphiques, qui ont pour objet les quatre éléments, les quatre parties du monde, les quatre saisons et les différentes complexion de l'homme, dédiée aux artistes par Ch. Delafosse, architecte, décorateur et professeur de dessins, Paris 1768 (New historical iconology or hieroglyphic attributes, which are about the four elements, the four parts of the world, the four seasons and the different complexion of Humans, dedicated to artists from Jean-Charles Delafosse, architect, decorator and drawing professor, Paris 1768).
In July 1767, all the plates where already prepared and printed but the explanation were missing. Sold 48 pounds, the collection was composed, at the beginning, of very strict neoclassical style series of trophies.

Delafosse never stopped completing his work by additional books in different fields, from interior design to decorative arts. He increased models of pieces of furniture, seats, lightings, vases and works of art, which substantially inspired a lot of artists and craftsmen.
As a proof of his success, Delafosse republished his first Collection in 1771 with the same title but with eighteen books instead of ten, each one composed of six plates and a new classification: 1: chimneys; 2: edges; 3: other edges and medallions; 4: doors; 5: art trophies; 6: high vases; 7: side vases and cartouches; 8: round medallions; 9: cartels and escutcheons; 10: console tables; 11: Greek tables and crowbars; 12: fountains; 13: tombstones; 14: diverse monuments; 15: clooks; 16: piedestal and bases; 17: top of doors and two clocks; 18: two fountains, one monument, one cartouche, two trophies.
Between 1773 and 1785, Delafosse published independent publications and a Collection of Architecture Orders but above all two main collections: the first one entitled Vingt-quatre différents cahiers de décoration, sculptures, orfèvreries et ornements divers qui complètent l’œuvre de J.Ch. Delafosse et font suite à son Iconologie Historique (Twenty-four different plates of decoration, sculptures, goldsmitheries and diverse ornaments that complete J.Ch. Delafosse's work and follow his Historical Iconology), was as well composed of other ornemanists' works such as Puisieux or Le Canu.

The second one, of 134 plates and more than 200 models, mainly deals with Furniture. Some plates reveal a collaboration with other artists.

The most important virtue of Delafosse was his imagination, which even led him to invent fantasist words to his creations.
Delafosse was one of the main originators of the Greek taste which was all the rage in Paris in the 1765's. He even influenced many ornemanists from Louis XVI period such as Mathieu Liard, Boucher fils, Jean-François Forty, Lalonde, Prieur or Aubert Parent.

In 1797, Guienne, who knew well Delafosse, wrote in his journal : "His imagination in architecture could be compared to the one of Milton in poetry, he is more a painter than an architect".
Delafosse died in Paris in 1789.



  Notice Bibliographique

"Vergoldete Bronzen"
  Hans Ottomeyer et Peter Pröschel
  Klinkhardt & Biermann
  München - 1986
"Early Neo-Classicism in France"
  Sven Eriksen
  Page 170
  London - 1974 

"Connaissance des Arts" 
  N° 35 - 15 janvier 1955
  Pages 26 à 31

"Gazette des Beaux-Arts" 1929
  L'Ornemaniste Jean-Charles Delafosse
  Geneviève Levallet Haug
  Pages 158 à 169